B

Bluesquare Computing

Agence digitale

NODEJS VERSUS PHP

Des implications business différentes

Nous aimons tous NodeJS et sa popularité auprès des développeurs est bien connue, si bien que “Long live asynchronous I/O !” semble être le cri prononcé à l’unisson ces dernières années. Un cri qui n’est d’ailleurs pas sans fondement car les mérites de l’asynchronisme ainsi que des frameworks Javascript côtés serveur en terme de performance n’ont plus à être démontrés. Pourtant, NodeJS n’est pas forcément le meilleur choix business pour une start-up web early stage, et cela pour plusieurs raisons.

Introduction

Nous aimons tous NodeJS et sa popularité auprès des développeurs est bien connue, si bien que “Long live asynchronous I/O !” semble être le cri prononcé à l’unisson ces dernières années.
Un cri qui n’est d’ailleurs pas sans fondement car les mérites de l’asynchronisme ainsi que des frameworks Javascript côtés serveur en terme de performance n’ont plus à être démontrés.
Pourtant, NodeJS n’est pas forcément le meilleur choix business pour une start-up web early stage, et cela pour plusieurs raisons.

Un arbitrage entre optimisation et flexibilité ?

« The Lean Startup » d’Eric Ries a popularisé et mis un nom depuis maintenant plusieurs années sur l’intérêt qu’ont les start-up à pouvoir vérifier rapidement la validité de leur modèle, et à pouvoir itérer rapidement. Si on suit une telle logique, malgré l’impressionnante évolution du nombre de libraires Node, l’utilisation d’un framework PHP populaire avec une communauté active et un grand nombre de libraires (comme par exemple Symfony 2, Laravel ou Zend) permet un prototypage beaucoup plus rapide d’une plateforme web qu’avec NodeJS. C’est pourquoi, quand des questions de temps de réponse du serveur ou de performances très pointues ne sont pas là, et ne seront pas une priorité à l’horizon moyen-terme pour la start-up que nous prenons comme exemple, et quand la  dite start-up cherche encore son modèle, et doit par conséquent être en mesure de prototyper rapidement une nouvelle fonctionnalité à faire tester par exemple auprès d’une communauté, l’utilisation d’un framework PHP semble être un choix qui garantisse plus de flexibilité.
Former et faire grandir une équipe en interne, une question RH : NodeJS versus PHP  
Lorsque la start-up n’est plus tout à fait early stage et que l’équipe technologique s’élargit au delà de l’associé technique, la question du recrutement et de la structuration de la production technologique est immédiatement posée sur la table. Une fois encore l’antériorité de PHP offre à la structure plus d’options et de facilité dans le recrutement. Tout simplement, il y a beaucoup de codeurs PHP. Si vous regardez le nombre de freelance sur le site : codeur.com, seulement 800 freelance pour NodeJS versus plus de 17 000 en PHP !

Conclusion

NodeJS versus PHP pour une start-up web early stage : il n’y a pas de choix évident. Cela dépend surtout de la typologie de la start-up. Dans le cas où il y a des contraintes fortes en terme de performance, NodeJS semble être le meilleur choix. Dans le cas inverse, et si la start-up a besoin de flexibilité, de vitesse de prototypage de fonctionnalités, et a des contraintes de temps et d’argent pour structurer rapidement une équipe élargie , PHP s’avère être un choix bien plus judicieux, en tout cas au regard des critères évoqués plus hauts.

Retour au blog

Nous contacter